Sortie d’usine

Inventée en 1844, immortalisée par la célèbre photo « Déjeuner en haut d’un gratte-ciel », adoptée par les fashionistas dans les années 70, pour ce 7e opus de la série « garde-robe capsule », on va causer salopette m’dame !

Pour briller dans les dîner en ville (ou pas)

Comme son nom l’indique (« salope » = « sale, crasseux » en vieil argot), la salopette est au départ un vêtement de travail. Au pantalon en toile disposant de poches pour accrocher le mètre et les outils (le largeot) inventé par son grand-père Louis, Adolphe Lafont ajoute une bavette à poche (pour les crayons) et brevette le modèle.

C’est la marque Levi Strauss qui lance dans les années 20 la version en denim, pratique, résistante et peu salissante, portée par les ouvriers comme par les agriculteurs, l’illustration la plus emblématique étant celle que porte Charlie Chaplin dans Les Temps Modernes.

La salopette sort des usines dans les années 50 où elle est adoptées par les Parisiennes, fait la couverture de Vogue en 1970, entre en boutique chez Agnès B. en 75, Coluche en fait même sa marque de fabrique.

Portée par de nombreuses égéries, déclinée dans différentes coupes et matières, revisitée par les plus grands créateurs, la salopette si craquante sur un bébé est aussi une pièce tendance (et pratique) du vestiaire féminin. Le monde de la couture amateur n’y échappe pas puisque plusieurs patrons de salopette sont disponibles sur le marché. J’ai jeté mon dévolu sur l’un d’entre eux.

Planification et modifications

Pour ma capsule de juillet j’avais prévu un short de plage et puis j’ai repensé à l’article d’Alice sur la salopette Paloma et j’ai eu envie d’une salopette… Normal quoi…

Parce qu’elle est proposée en version courte et en version longue j’ai choisi la salopette Turia de Pauline Alice.

Il s’agit d’un modèle classique qui reprend toutes les caractéristiques de la salopette avec une coupe bien ajustée et tout un tas de détails techniques pour s’amuser un peu :

  • Un montage en coutures rabattues (une première pour moi et on peut dire que le rendu est super propre… et pour ceux qui ont suivi depuis le début c’est un comble non ? hum),
  • Deux fermetures éclairs latérales (je n’en ai mis qu’une après avoir lu les articles d’Anne et Barbara, et comme en plus les fermetures éclair c’est ma bête noire je ne me suis pas fait prier),
  • Plein de petites poches (une des spécialités de Pauline).

Pour cette version :

  • J’ai utilisé un lin viscose bleu foncé de chez Ellen décoration à Troyes. Facile à coudre et très confortable je le trouve limite un peu trop souple. Pour une seconde version l’été prochain je partirai sur quelque chose avec plus de tenue.
  • J’ai coupé une taille 40 ma taille habituelle chez Pauline, le fit me convient bien.
  • J’ai rallongé la partie short de 2cm et descendu les poches arrières d’autant. Je les ai aussi un peu trop décalées mais on va dire que ceux qui remarquent c’est qu’ils regardent mon postérieur et comme c’est pas poli ils diront rien…
  • J’ai frôlé la catastrophe en voulant poser des boutons clous. Du coup j’ai opté pour des pinces bretelles et j’adore. C’est très pratique et ça tient super bien.
  • Les finitions sur les côtés sont perfectibles. Comme il s’agit d’un revers simple j’ai surjeté mais la prochaine fois je choisirai plutôt un biais.

Tout-terrain !

Je vous le disais dans mon article du mois dernier, si j’adhère complètement au principe de la capsule j’aspire à l’appréhender avec souplesse, à la fois pour qu’elle me ressemble sans contrainte mais aussi pour garder l’envie de coudre (et de porter ce que je couds). Aussi je ne m’interdit pas de coudre 2 fois dans une catégorie ou comme ici de les moduler. On fera un bilan de tout ça en janvier prochain.

Donc, dans catégorie « tenue de plage » de la garde-robe capsule je nomine la salopette. C’est vraiment un vêtement zéro prise de tête et tout-terrain. Partie de beach-volley, de raquettes mais aussi glace d’après baignade compatible. Pour moi qui n’aime pas trop faire le homard en maillot la salopette courte est idéale. Après je vous avoue que je l’ai aussi porté hors-plage et j’aime son petit look détendu des vacances sans faire sac. J’ai un peu serré les fesses les premières fois où je me suis assise avec (c’est le cas de le dire) mais les coutures ont tenu ouf ! Je paye ma tournée !

Jolis détails

Comme avec tous les patrons Pauline Alice que j’ai cousus jusqu’à présent, j’ai vraiment eu l’impression de progresser et d’apprendre de nouvelles techniques. J’ai d’ailleurs prévu de coudre la veste Tello pour la rentrée… et je compte bien sur Pauline pour me réconcilier avec les fermetures éclair !

Publicités

17 réflexions sur “Sortie d’usine

  1. Martine dit :

    Superbe salopette très réussie jusque dans les moindres détails et ton article est un rayon de soleil dans ce matin un peu gris dans l’est. Je trouve que le choix du tissu est parfait pour un short d’été et son tombé n’est pas altéré par le lin. Mention très bien comme d’habitude !
    Belle journée.

    J'aime

  2. unepoulette dit :

    Un peu de culture générale ne fait pas de mal… merci pour toutes ces informations Perrine. J’aime beaucoup lire tes articles, ils sont bien tournés. Très jolie salopette. J’ai pas encore testé les coutures rabattues… mais ca doit faire de belles finitions. Bonne semaine a toi. Bises

    J'aime

  3. Mathilde ... au fil des heures dit :

    Elle est canon comme tout cette salopette !!! Et puis tant pis si elle est super propre … !!! 😉 !! Et c’est top que tu aies pu la mettre à la plage et hors de la plage, c’est vraiment la preuve que c’est une couture tout-terrain !!! Et qu’elle est surtout très réussie !!! Bravo !!

    J'aime

  4. Pascale dit :

    J’adore une fois de plus ! Grrrrr je ne peux pas porter de salopette pour cause de morphologie inadaptée. Dommage ton post me donnait tellement envie… En tout cas elle te va très bien. Je suis comme toi pas très fan des fermetures éclair mais petit à petit ça vient. En revanche je déteste couper et coudre le lin. Je continue à récidiver mais rien à faire je n’aime toujours pas. Ça glisse, ça fuit, ça bouge… Indomptable ! Merci pour tes articles extra

    J'aime

  5. maryline dit :

    Une très jolie salopette et une présentation canon et amusante qui dédramatise la couture du vêtement quand on n’est pas pro, et qui donne envie d’y mettre encore plus; c’est vraiment un bonheur de lire tes articles et de voir tes jolies présentations! Merci, merci et bonne continuation; bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s