Le coup de la tarte Tatin

Parfois les erreurs font bien les choses… Parfois une étourderie mène à un projet réussi…

Même pas fait exprès

C’est en 1898 que la cuisinière Stéphanie Tatin préparant à la hâte une tarte aux pommes pour une tablée de chasseurs pressée enfourne son dessert en oubliant la pâte. Elle a alors l’idée de la poser à même les pommes caramélisées dans le four et de retourner sa tarte après la cuisson. Un coup de maître, un incontournable de la gastronomie française  (et je dois l’avouer un de mes desserts préférés) !

Les confiseurs aussi en ont fait de belles, des gaffes qui avec un coup de pouce du destin ont donné naissance à des bonbons de légende : les bêtises de Cambrai, qui doivent leur nom à la maladresse d’un apprenti qui aurai malencontreusement renversé de la menthe dans la préparation pour berlingots, le Carambar fruit d’une rencontre imprévue entre chocolat et caramel, même le Nutella né de la ganache aux noisettes de Pietro Ferrero fondue lors d’un été caniculaire dans le Piémont italien. Et les chips on en parle ? Un cuisinier excédé par un client qui renvoyait ses frites qu’il trouvait trop épaisses, le cuisinier décida de lui jouer un tour en tranchant ses pommes de terre aussi fines que possible avant de les faire frire… Inutile de préciser que le client apprécia ! Le coca quant à lui était à la base un sirop contre la toux.

Mais ne restons pas dans le domaine culinaire. L’illustre Alexander Flemming, inventeur de la pénicilline avait d’abord mis de côté une de boîte de Pétri contaminée avant d’en isoler la moisissure et d’identifier un puissant antibiotique.

Et que dire de la soie qui selon la légende aurait été découverte par une princesse qui, buvant son thé sous un murier, aurait extrait de sa tasse un cocon tombé de l’arbre. Séduite par la finesse et la brillance du fil elle aurait ensuite demandé à ses servantes de le tisser.

L’art de rebondir

Loin de moi l’idée de me prendre pour Flemming, madame Tatin et encore moins une princesse chinoise. Mais je suis friande de ces petites anecdotes. Parce qu’elles montrent comment on peut tirer parti du hasard, qu’inadvertance et intelligence font souvent bon ménage et enseignent l’art de rebondir.

Pour ma première version de la robe Raphaëlle (issue d’une collaboration entre la Jolie Tiphaine et la marque de patron humaine et engagée Chez Machine) j’avais utilisé un tissu très fluide.  Pour cette 2e version j’ai choisi un coton rayé rouge et blanc France Duval Stalla.

J’y suis allée confiante… très confiante… trop confiante… et je n’ai pas réalisé tout de suite qu’un tissu avec plus de tenue qu’une viscose allait forcément modifier le rendu global de la robe. Aussi après avoir cousu le corsage, j’ai trouvé que le tissu ne « tombait » pas assez souple et que la taille trop haute se trouvait de fait trop haute pour ma morphologie.

Petit souci, la jupe était déjà coupée évidemment et j’avais tout juste 1,50m de tissu (re-évidemment), impossible donc de couper un second corsage rallongé de quelques cm. Activation (voire échauffement) de neurones oblige, je me suis souvenue que j’avais trouvé la jupe un peu longue pour moi… Hé hé vous voyez la petite ampoule au-dessus de ma tête ?

  • J’ai raboté la jupe de 7 cm (5 cm de ceinture + 1cm de marge de couture en haut et en bas),
  • J’ai assemblé la bande de tissu au corsage puis assemblé la ceinture ainsi formée à la jupe.

Et voilà le travail ma petite dame, ni vu ni connu je t’embrouille et on pourrait même croire que c’était complètement voulu.

Heureux les étourdis

Je suis enchantée par ma bêtise :

  • Si j’ai eu peur de ne pas assumer son côté Mary Poppins ou marchande de glace, avec des petits boutons bronze, des accessoires camels ou en matière naturelle j’aime la fraîcheur qu’elle dégage, son côté « matinée au marché » ou « balade sur le port », en sandales ou en baskets.
  • Le corsage est particulièrement bien taillé, les pinces avantageuses et le col astucieux à monter (il y a un pas-à-pas sur le blog de Tiphaine si vous coincez sur cette étape). J’aurai pu écraser un peu le mien au fer avant de prendre les photos je vous l’accorde
  • je lui ai ajouté les poches simples de la chemise Albane (de la même marque) en les coupant dans le biais pour jouer un peu avec les rayures.

  • La ceinture a permis de rabaisser un peu la ligne de taille pour faire davantage correspondre la robe à ma morphologie.
  • Le fronçage de la jupe est bien pensé et limite le côté bouffant que l’on aurait pu obtenir avec un ce type de tissu (et en plus elle a des poches).

Raphaëlle est vraiment une robe facile à porter, confortable avec laquelle on peut s’amuser. D’ailleurs je n’ai pas résisté à en faire une 3e version bien modifiée, volontairement cette fois, on en reparle tout bientôt. Sur ce je m’en vais préparer une Tarte Tatin, bien méritée n’est-ce pas ?

Joli détail

 

Publicités

15 réflexions sur “Le coup de la tarte Tatin

  1. Mathilde ... au fil des heures dit :

    Elle est géniale cette robe !!! Je lui trouve un air de vacances parfaites !!! Une petite décontraction chic qui passe tout le temps, j’adore !!! Et le jeu des rayures avec les poches est vraiment très sympa !!!! C’est une bonne chose de rappeler que les erreurs sont aussi des étapes du parcours … qui peuvent amener de grandes choses !!!! Et c’est encore mieux quand ça se finit aussi bien !!!! Bravo !!!

    J'aime

  2. liloudelaperelle dit :

    Je n’ai pas été très convaincue par ce patron trouvant la robe un peu large mais cette version est une des plus réussies que j’ai vue, même si avec des rayures rouges et blanches tu partais avec une grande longueur d’avance. Elle a un côté estival, un peu décontracté mais avec un zeste d’élégance…Cela me donnerait presque envie de la tenter (presque car ma liste est déjà si longue!).

    J'aime

  3. Pascale Angleraud dit :

    J’aime beaucoup cette version dans ce tissu rayé. Elle fait très frais, champêtre. Joli rattrapage et cette ceinture ainsi que les poches apportent un vrai plus au modèle. Tu es adorable avec, elle te fa parfaitement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.