Celle qui portait bien son nom…

Pas celui de Rackham le rouge, ni celui de l’île de la tortue… Pas celui de la caverne d’Ali Baba non plus, encore moins celui de Barbe noire… On ne va pas parler trésor mais Trésor… celui de Super Bison… A l’abordage !

Lire la suite

Publicités

On se la montre ?

Il y en a qui la montre entièrement, d’autres qui la cachent, d’autres encore qui n’en montrent qu’un petit bout. Pour ma part c’est un peu les deux… Parfois la dévoile entièrement, parfois je la coupe… Eh oui quand on partage ses cousettes et qu’on se prend en photo la question de montrer sa tête ou pas se pose… On était bien sur la même longueur d’ondes n’est-ce pas ?*

Lire la suite

Joli Lab expérience

Au Japon, fin mars-début avril, on célèbre le Hanami. Littéralement, cela signifie « regarder les fleurs ». Cette période où les cerisiers sont à l’apogée de leur floraison symbolise la renaissance mais c’est aussi aujourd’hui une fête pendant laquelle les Japonais se retrouvent entre amis pour profiter de la beauté de la nature et de la vie tout simplement. Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que la blouse dont il est question aujourd’hui pour le doux nom de Cherry Blossom (fleur de cerisier) et que ce nom lui va tellement bien !

Lire la suite

Les fruits des bois

Ils ont cette jolie particularité d’être un peu sauvages et pourtant si familiers. On connaît leur goût par cœur mais en trouver intacts, en secret, bien cachés à l’abri des feuilles éparses d’une clairière et c’est le plaisir de la surprise associé à celui de savourer  la saveur sucrée de ces petits cadeaux de la nature. Belle excuse que de parler des fruits des bois pour vous présenter la viscose « sous-bois blush » de Cousette ! Et de la même manière qu’un « coin à mûres » ne se transmet qu’aux personnes de confiance, je vous dévoile aujourd’hui quelques indiscrétions sur les coulisses de la création des tissus Cousette. Vous me suivez ?

Lire la suite

Les montagnes russes

Au début, porté par le groupe, tu fais un peu le fier à bras et tu te lances même si en montant dans le wagon t’as les jambes qui flageolent un peu… Arrivé en haut de la première montée tu te dis que ça va et après la première descente tu te détends un peu… Mais à l’approche la grande pente, au moment où le wagon arrive au point de non-retour tu te demandes pourquoi tu t’es fourré dans cette galère… et pas moyen de quitter le navire en marche… juste serrer les dents et encaisser le shoot d’adrénaline… Et puis une fois parcours terminé tu te dis que quand même c’était génial, que tu t’es éclaté et que limite tu es prêt à embarquer pour un deuxième tour… Coudre Serra c’est ça… Les montagnes russes !

Lire la suite