So sixties

C’est un joli cadeau que j’ai reçu à la fin de l’été : le livre La petite robe chasuble, signé Michèle Thénot (qui s’était déjà illustrée avec les ouvrages 1001 tuniques et 1001 robes), paru aux éditions la plage. Déjà bien occupée et peu motivée par les 30 degrés ambiants, la révélation s’est faite avec l’arrivée de l’automne et le retour en force de la botte en cuir.

UN PEU D’HISTOIRE

Un peu d’histoire… Ça faisait longtemps… Mais on a quand même envie de savoir d’où elle vient cette robe chasuble n’est-ce pas ? (« ouiiiiiiii » crie la foule en délire). Et bien à l’origine c’est un vêtement simple, sans manches, que l’on porte comme un tablier.

Pour certains elle évoque peut-être les cours de sport au collège (vous savez ces choses informes en polyester aux couleurs bien dégueu que le prof nous faisait enfiler pour les match de volley), pour d’autres ce sera peut-être le vêtement religieux… Pour moi elle est sans conteste le vêtement iconique des années 60.

Courrège, Saint-Laurent (mes chouchous) ou encore Pierre Cardin lancent une interprétation audacieuse de la robe d’écolière, qui portée par Twiggy, Diana Rigg et autres stars des sixties libèrent les silhouettes.

Car il faut dire qu’avec sa forme ample elle sied à beaucoup de silhouettes, en camouflant, allongeant, floutant. Elle permet de s’amuser avec les collants, les matières (flanelle, velours, denim…), et une seule et même robe prendra un style différent selon qu’on la porte avec des bottes plates, à talon, ou une paire de baskets. Avec un col roulé, un t-shirt ajusté ou même un chemise, elle se fait tour à tour quotidienne ou plus stylée.

LA PETITE ROBE CHASUBLE

L’ouvrage de Michèle appartient à la collection « Les basiques » des Editions eco-responsable La Plage. Imprimé en noir et blanc, il comporte un patron permettant de décliner la robe chasuble en 3 versions (dont une version robe-salopette que je vois bien dans un velours grosses côtes soit dit en passant). Les poches et empiècements sont interchangeables pour créer le modèle qui nous convient.

Des explications basiques mais claires, un design sobre et épuré sont la marque de fabrique de cette collection qui laisse ainsi libre cours à l’imagination.

MA PETITE ROBE CHASUBLE

J’ai pour ma part choisi ici la version la plus simple :

  • Encolure « V » et poches arrondies sur le devant
  • Une flanelle grise à carreaux achetée chez Atelier 27 l’automne dernier
  • J’ai coupé ma taille habituelle et j’ai opéré aucune modification

En ce qui concerne la réalisation et le rendu de la robe :

  • Les finitions avec parementure sont très soignées. Le montage des bretelles est très propre mais demande un peu de dextérité. Je me suis quand même aidée de tutos trouvés sur le net pour être sûre que j’avais bien compris la technique (et mon « ami » le découd-vite est venu me faire un petit coucou malgré tout).
  • Comme le veut le vêtement, la coupe est légèrement ajustée au niveau des épaules et de la poitrine puis évasée, ce qui permet d’éviter l’effet sac tout en gardant les codes de la robe.
  • La flanelle est une matière qui lui va vraiment bien, ni trop souple ni trop épaisse (voilà qui fait bien avancer la réflexion). Comme dit précédemment, le denim, le velours ou un lainage léger seront parfaits. Si votre tissu est un peu fin vous avez la possibilité de doubler la robe, tout est expliqué dans l’ouvrage.

En enfilant cette petite robe je me sens comme Emma Peel, prête à résoudre des enquêtes et à attraper des méchants… J’ai bien proposé à mon John Steed de se mettre au chapeau melon… Il a pas eu l’air convaincu… Bizarre…

JOLIS DÉTAILS

A la faveur de l’automne

Elle est là, elle est revenue ma saison préférée. Teintée d’ocre et de rouille, de brique et de bruns. L’occasion de ressortir les bottes et d’étrenner ma nouvelle robe. Entre deux averses, avec ma copine Amélie, on a filé faire quelques photos…

Même si je vous avoue que le passage de 28 à 14 degrés en deux jours a été un peu déstabilisant, je n’ai boudé ni mes collants ni mes petites vestes… Et encore moins ma robe Fleetwood. Au premier regard, dès que la créatrice, Sarah, a posté ses croquis, je savais qu’elle serait pour moi !

Fleetwood c’est la petite dernière de la marque French navy now. Le style de marque est casual, décontracté chic avec des pièces simples mais impeccablement coupées et toujours une petite touche de géométrie via des courbes et des empiècements. J’ai déjà cousu plusieurs modèles de cette marque dont le t-shirt Stellan, un patron gratuit que ne je saurais trop vous recommander.

La patte de French navy now, on la retrouve sans aucun doute dans les détails et la construction de la robe Fleetwood:

  • Le corsage est construit avec un jeu d’empiècements et de fronces (au dos notamment) qui lui donne son originalité et offre un chouette moment de couture.
  • La robe est proposée en deux versions : basque simple ou double basque (ce que j’ai choisi ici), pour coller à vos envies et à la tendance.
  • Les manches longues sont finies par une fente indéchirable et un bracelet de manche façon chemise.

Ma première version a été réalisée dans ma taille habituelle, aucune mauvaise surprise, French navy now est, pour moi, une marque de confiance. J’ai choisi une viscose twill coloris « tabac » de chez Rascol, raisonnable en termes de prix et très agréable à porter. Attention toute fois à y aller doucement avec le fer car elle a tendance à marquer. J’aime tellement cette couleur que j’envisage d’en reprendre un coupon pour une jupe ou un top…

La robe est un pur plaisir à réaliser, des petits détails soignés, des fronces, de jolies finitions. Elle demande plus de temps qu’une robe corsage/basque classique mais le résultat est à la hauteur.

Avec une veste tailleur ou une veste en jean Fleetwood est ma nouvelle robe préférée. Les manches longues sont un peu courtes (je vous laisse méditer cette phrase), mais comme je porte mes manches longues retroussées ce n’est pour moi pas un souci. Si vous aimez porter les manches longues fermées, vérifiez peut-être la longueur sur vous avant de couper votre beau tissu.

A refaire ? Oui sans aucun doute, ne serait-ce que pour tester la 2e version (basque simple)… Et puis j’ai commandé un coupon à motif chez Un chat sur un fil qui lui irait tellement bien… ce serait dommage de rater la rencontre !

Un grand merci à Amélie pour cette chouette matinée photo, on s’est vraiment amusées, mais ici je vous épargne les photos avec ma tête de mec qui sort du PMU légèrement alcoolisé pour les remplacer par de jolis détails… A très vite !

Les carnets de Sarah

Juste à la fin du confinement, Sarah, créatrice de la marque de patrons de couture Couturette, m’a confié travailler sur une idée de carnet couture. Des carnets couture il en existe déjà plusieurs, sous forme de livret ou d’agenda. Sacré défi pour Sarah que de se différencier de proposer sa patte et surtout son concept. Je vous livre ici mon expérience avec les carnets couture de Sarah.

Lire la suite

The five

Il y a quelques mois j’avais rédigé un article intitulé « Dis Perrine, pourquoi tu couds ». Cet article faisait écho aux billets des autres membres du « Gang des blogueuses ». L’idée est de continuer à faire vivre les blogs en écrivant, quand et si on en a envie, sur une thématique commune. Sans autre contrepartie que l’émulation (pas de sponsors, pas de cadeaux, pas de pub gratuite… contrairement à ce qui a été avancé par des personnes pour qui le plaisir de partager sans arrière-pensée est un concept inconnu). Ouvert à toutes et à tous, nous partageons aujourd’hui le top 5 (ou 10 ou plus) de nos patrons préférés. Je vous avoue que j’ai un peu rusé… en proposant 5 « rubriques »… Lire la suite

Jolie môme

Cette combinaison a la « cool attitude » de celle qui l’a dessinée: la talentueuse Hélène, du blog “Hélène et les jolis mômes”. Je n’ai pas trouvé meilleure introduction que celle proposée par Johanna d’Atelier Scammit pour présenter sa nouvelle collab’… J’aurai pu citer Léo Ferré aussi mais pour une fois je vais essayer de limiter les digressions, parce que sur le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, il y a déjà tellement à dire !

Lire la suite

Le cas corail

Ni tout à fait orange ni tout à fait rose, lumineux et effet « bonneminant » (vous voyez ce que je veux dire ?), le corail est une couleur que je trouve absolument charmante pour l’été. Je me souviens petite, avoir grimacé devant un maillot de bain corail que ma mère m’avait acheté pour les vacances. Aujourd’hui pourtant je reconnais qu’avec un léger bronzage, c’était un choix parfait… 30 ans plus tard… je me frotte au corail à nouveau, mais de mon plein gré !

Lire la suite

Défi saisonnier : Une chemise pour le printemps

Si vous suivez ce blog vous le savez sans doute, j’aime inviter et prêter le blog. Aujourd’hui je laisse la main à Katell alias Breizh Cousette sur Instagram. Cette talentueuse et pétillante couturière est une passionnée comme je les aime : La tête pleine d’idées, hyper bienveillante, généreuse, toujours dans le partage, sans arrière-pensée ni jugement… et aussi jolie en vrai qu’en photo ! Katell est depuis plusieurs saisons à l’origine d’une série de défis dont le but est de s’amuser ensemble et d’explorer patrons et tissuthèques puis de savourer les réalisations des unes et des autres. Mais je m’arrête ici et je laisse la parole à Katell

Lire la suite

Avec des si…

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais quand j’ai un joli coupon, d’une marque ou d’une couleur que j’adore… pire les deux en même temps… Je le regarde, je l’imagine et le temps passe… Et si je me trompais de projet, de taille ? Et si ça ne m’allait pas ? Et si je gâchais mon précieux… Et… avec des si on mettrait Paris en bouteille.

Lire la suite

Les petits plaisirs

Pour moi qui suis plutôt une fille d’automne, quand approche l’été, il est de petits plaisirs que j’ai hâte de retrouver. En cousant cette robe, je me suis instantanément retrouvée au marché… Rien d’extraordinaire (quoiqu’en ces temps-ci… si)… mais l’été, le marché a toujours une saveur particulière.

Lire la suite